Le site de Cnossos

Voici le site archéologique (d'une surface de 2,2 hectares) de Crète qu'il faut absolument faut visiter. Cependant il est vraiment dommage, que l'archéologue anglais Sir Arthur Evans ait utilisé, dès 1900, du béton pour la restauration du site. Cependant ces travaux furent d'une utilité précieuse pour la compréhension du site.

Vue générale du site.
(Le secteur nord)

Bien sûr, l'histoire de la Crète et des sites archéologiques est liée à la mythologie, mais dans un premier temps parlons de l'histoire traditionnelle. Depuis l'époque néolithique, le lieu a été habité. De cette période, des petites maisons en briques ont été retrouvées dans les fondations du palais actuel. L'âge de bronze qui a suivi a permis à la civilisation Minoenne d'atteindre son apogée.

Comme tous les palais crètois de l'époque néopalatiale, ils sont construits sur l'emplacement même des anciens palais de l'époque protopalatiale. C'est pourquoi, de nos jours, seuls les nouveaux palais sont visibles pour les touristes que nous sommes !

Le palais était le centre de toutes les activités de l'Etat et de la vie de la cité. C'est la demeure des membres de la famille royale mais aussi celle d'une hiérarchie administrative et religieuse. Le palais contenait des ateliers qui produisaient des céramiques, des pierres et de l'orfèvrerie. Des magasins contenant des jarres gigantesques (un exemple est donné sur le site de Malia) ont été découverts dand l'ancien palais. Les magasins servaient à stocker les produits de la terre et de l'élevage dont le palais faisait commerce.

Fresque: "Courses de taureaux".

Le nouveau palais a été construit sur les bases de l'ancien détruit vers 1700 Av. J.-C.. De nombreuses fresques ont été découvertes dans le palais. La fresque "La Parisenne" vient du hall du sanctuaire ou du grand hall. La fresque des dauphins vient du mégaron de la reine. La plupart des salles du palais datent plus précisemment de l'époque créto-mycénienne (à partir de 1450 Av. J.-C.) après la destruction de tous les palais de Crète. Cest de la même époque que dâte l'écriture linéaire B. Son déchiffrement a été effectuée par M. Ventris et J. Chadwick grâce à de nombreux textes découverts en Crète (dont 4000 tablettes à Cnossos) et en Grèce continentale.

La fresque des dauphins. La fresque "La Parisienne". La fresque de l'homme bleu.

Le musée archéologique d'Héraklion comprend 20 salles qui vont de l'époque néolithique à l'époque créto-mycénienne. Je vous suggère de visiter le site, en anglais, d'Ellada.net pour obtenir une visite détaillée de chaque salle. (Le site général, toujours en anglais est ici).

En attendant, je vous propose les photographies suivantes effectuées dans le musée. Ci dessous vous trouvez les divinités dominante de la religion minoenne. A gauche et à droite des déesses aux serpents en faïence. Le serpent roulé autour des bras, du buste ou tenu dans chaque main est un symbole sacré. Au centre des divinités de l'époque créto-mycénienne (1450 Av. J.-C. à 1100 Av. J.-C.).

Déesse aux serpents. Divinités mycéniennes. Déesse aux serpents.

Je terminerai cette présentation du musée par deux autres photographies: un sarcophage en terre cuite de l'époque créto-mycénienne et des statuettes féminines en marbre représentant la fécondité (époque prépalatiale).

Sarcophage. Représentation de la fécondité.

Je ne peux pas vous détailler l'ensemble des salles et des objets qui se trouvent dans le musée mais je vous conseille vivement d'y aller faire un tour après avoir visité le site archéologique de Cnossos (s'écrit aussi Knossos).


requete invalide supp ip